Lecture

Lecture Psycho et Naturo

9 octobre 2016

Selection de livres de développement personnel : Machot, Kieffer, Keels

J’ai une envie incontrôlable de partager avec vous aujourd’hui. Venez partager mon café!

Non, en fait, j’en bois pas…

Mon but est de partager du bonheur, ici.  Alors… la photo de mon petit déjeuner tout coloré? Ça vous dit?

En même temps, je l’ai déjà mangé, et un plat vide, c’est pas super excitant.

Des livres?

Oui, tiens des livres. Wou hou. Du genre, la meuf se fait critique littéraire? J’oserai?

En même temps mon but est de partager des lectures positives, qui peuvent vous faire du bien. Et parce que je les ai lu et qu’elles m’ont réellement amenées à réfléchir ou qu’elles m’ont fournies des solutions, je veux vous donner ces supers bons tuyaux.

1 – Même pas peur de Sophie Machot

Même pas peur - Sophie Machot - Eyrolles

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à cette philosophie, qui dit que le bonheur n’est pas une fin en soi, mais une façon de voir la vie et qu’il faut se bouger pour cheminer vers lui, j’ai découvert des tonnes de personnes formidables. (Cette phrase est trop longue et mal virée, mais elle est spontanée alors j’ai pas envie de la modifier, vous voyez?)

Des gens intéressants, passionnants, avec des parcours de vie formidable. Ces personnes m’ont fait rêver d’un monde meilleur, m’ont réconciliées avec l’humanité, la bienveillance et l’amour. Ce que j’avais perdu. Pourquoi, ça reste à développer. Je me suis trouvée face un monde rempli d’âmes bonnes. Oui, le monde est peuplé de personnes géniales, et il ne tient qu’à vous de les découvrir, surtout si votre environnement direct vous pèse.

Allez go, agissez si vous êtes mal

Il y a eu des rencontres virtuelles au début, et je suis heureuse de m’être aventurée dans les méandres d’Internet. Et grâce à eux, j’ai réussi à déceler, dans mon entourage connu ou inconnu, de vraies perles. Mon regard s’est ouvert.

J’en viens à Sophie Machot par là, donc. Cette jolie femme pétillante est coach et consultante en relations humaines. Elle a crée un blog, qui s’appelle « Concentré de bonheur ». Rien que le nom est évocateur, vous ne trouvez pas?

La psychologie positive peut vous paraître un peu surfaite, voir trop prometteuse ou too much. « C’est quoi ce truc, qui t’envoie du bois rien que par la dénomination? Psychologie positive? Pufff! C’est un truc de cabinet, et d’analyses interminables, ça encore? A 60 balles la séance! Un machin à la portée des gens, qui ont le temps de se regarder le nombril ». Hé, j’vous vois v’nir les énervés!. Et puis l’air dubitatif, qui va avec. « Et puis le bonheur, c’est inaccessible. La vie est une garce (sic) ».

Et bien, figurez-vous que non, c’est pas une doctrine compliquée à comprendre, à atteindre avec des milliers d’heures de thérapie au compteur.  C’est simple à piger et possible à mettre en place, rapidement. Petit à petit certes, avec assiduité certes, mais rapidement quand même. Sophie Machot fait partie de ses praticiennes, qui donnent du grain de bonheur à moudre. Et ce, dans le vif du sujet.

J’aime sa spontanéité et son style d’écriture très abordable. Sophie est une participante en plus.

Je m’explique. Ce livre traite d’un sujet commun à tous : la peur. Grâce à lui, j’ai compris que la peur était présente partout dans ma vie. Et dans la votre aussi, elle est là. Dans la vie de Sophie, elle est là aussi. Ce qu’elle propose, c’est d’expliquer en quoi, la peur nous conditionne à renoncer à tout, à se méfier des autres, à être suspicieux, mauvais, violent. A rapetisser nos vies. A se couper les opportunités. A reléguer le bonheur au rang d’impossible.  Tout ça, sans même qu’on se rende compte parfois.

Elle passe en revue toutes les types de peurs : celle d’autrui, de l’échec, de la mort, de la maladie, de la perte, de l’abandon, de son image, de ses idées (oui, oui, vos propres idées trop tenaces). La peur est une énorme machine, qui nous tire vers le bas. D’ailleurs, elle se niche parfois dans des émotions, qu’on ne saurait pas nommer clairement comme une peur. Le discours de Sophie Machot est argumenté par l’exemple et le témoignage. Et c’est à ce moment que notre écrivain se mouille aussi car elle nous illustre son propos avec sa propre expérience. J’apprécie cette franchise et ce rapprochement.

Même pas peur - Sophie Machot - Editions Eyrolles

Mais le plus génial, c’est que si le livre est conçu pour comprendre les rouages de la peur, il donne les clefs pour s’en défaire.  Ce livre devient alors un manuel. Il est ludique. Sophie propose des exos où, vous devez participer. On ne s’arrête pas à vous dire y’a-qu’à-faut-qu’on. Elle vous propose de faire les choses, tout en lisant, avec des volets « Médit’action », « Libér’action » et « Motiv’action ».  Un beau programme.

La peur emprisonne notre liberté. Elle fige tout ce qui serait bon pour vous. Et on ne vous parle même pas de tout plaquer pour oser vivre une vie de patachon sans culpabiliser (encore que…). Non, juste de larguer les sentiments lourds et gluants.

Imaginez, par exemple, de ne plus avoir peur de dire non, sans froisser personne. C’est une peur assez commune, dès lors que les sentiments prennent le dessus.

Si vous décidez de vous en défaire, je vous conseille d’abuser de ce livre et d’en faire un manuel du parfait petit lutteur contre ce soi-même, qui nous casse les noisettes.

Parce qu’une chose est sûre, la clef de la réussite, c’est vous.

Et même sans avoir de peurs majeures, ce livre aura pour effet de vous permettre de comprendre peut-être d’autres personnes, dont les angoisses ne vous parlent pas. Tout est légitime, vous le savez. Et si de l’extérieur, certaines choses vous semblent anodines, pour d’autres, elles seront vécues autrement. Et vous n’avez aucun droit de jugement à avoir.

Lisez-moi ce menu : Osez Vivre! Osez Aimer! Osez Agir! Osez être heureux!

Sophie a écrit un autre livre didactique, qui s’appelle « Cultivez votre bonheur ». Il est prévu à ma liste de courses. Je vous ferai un retour dès que possible.

Je vous laisse aussi écouter la très très belle leçon de bonheur de Sophie Machot, interviewée par Joanna de Moodstep : https://youtu.be/xdGjnFQX5ek. Un très beau moment dont il faut profiter.

2 – Les 24 heures de l’Homme heureux – Daniel Kieffer

Les 24 heures de l'Homme heureux - Daniel Kieffer - Editions Jouvence

Je vous ai confié dans mon dernier billet qu’un changement notable allait survenir dans ma vie. Je reprends mes études pour intégrer une école de naturopathie, pendant  un an. Le temps ne passe pas assez vite, j’ai hâte.

Cela fait maintenant presque deux ans, que je me promène sur le chemin du bien-être par le bon sens, et par les moyens naturels. Pour moi la naturopathie, c’est cela.

En dehors de toutes formations profondes nécessaires à la pratique, chacun est capable par des moyens d’une simplicité enfantine de se faire du bien, de veiller sur lui, sans dépenser des fortunes, et passer par des pratiques pénibles, chimiques, voir dangereuses.

Saviez-vous que le matin, lorsque l’on se lève, le corps a effectué un travail de détoxination naturelle pendant la nuit? Et qu’une partie de sa besogne se trouve sur votre langue? Il suffit juste de se racler doucement la langue ou de se brosser les dents pour terminer le travail. C’est rien à faire, n’est-ce pas? Se laver les dents au lever. Ce petit geste vous permet de vous débarrasser des toxines, responsables de probables infections.

Et bastà.

C’est idiot certes. Mais qui y pense? Moi la première, j’ai longtemps avaler mon verre d’eau citronné, sans avoir pris soin de débarrasser ma bouche des petites saloperies, qui y traineraient. Voir pire, je renvoyais l’ascenseur avec mon grande verre d’eau.

Mais pourquoi la journée de l’Homme Heureux? Parce que Daniel Kieffer, un immense pair de la naturopathie, passe en revue les petites habitudes que l’on peut prendre au cours de sa journée pour se faire du bien. Il y a une multitude de choses à apprendre et à pratiquer. Chacun est d’ailleurs libre de tout tester, ou de choisir ce qui lui parle le plus.

Je voudrais attirer votre attention sur l’holisme. Dans ce livre, l’adjectif holistique est beaucoup utilisé. En naturopathie, le principe est de considérer chaque homme, en fonction d’une code de compréhension propre. Chacun d’entre vous a des spécificités, qu’elles soient physiques, constitutives, psychosomatiques, et psychologiques. La naturopathie vise à maintenir ou rétablir un équilibre parmi tous ces contextes. En somme, on considère que l’Homme est un tout, ou le résultat de ce tout. Chaque contexte influe plus ou moins fortement sur les autres.

Dans ce livre, on propose d’actionner des petites choses pour générer du bien-être sur tous les plans. Chaque proposition d’actions interpellent bien un contexte particulier. Si on prend les travaux respiratoires, qu’on a pu évoquer parfois sur ce blog, ils ont un effet bénéfique sur votre physiologie, mais aussi sur votre mental.

Dans ce livre, Daniel Kieffer propose donc un panel de petites choses, que j’appellerai d’ailleurs petits bonheurs. Il dresse simplement une liste de propositions. Certaines demandent à être investiguées et comme il le dit : « L’homme heureux ne se contente pas de ses acquis ». Alors, il ne tiendra qu’à vous de chercher d’autres informations sur ce qui vous interpellera.

Ce que je trouve très judicieux dans ce bouquin, c’est encore une fois ce côté ludique de la journée type. Il déroule complètement les 24 heures d’une personne lambda.

Mais pourquoi donc l’homme devient si heureux quand il prend des habitudes hygiénistes? Tout simplement parce que ces petits bonheurs retentissent assez vite, et peuvent avoir une portée incroyable dans le temps. Et plus vous vous sentez mieux, plus êtes à l’aise dans votre corps et votre esprit, et plus vous êtes heureux de vivre. Ça tombe peut-être sous le sens, mais combien d’entre vous n’en ont pas conscience?

Constat au hasard. Si vous sortez de table en ayant mal au ventre, vous vous sentirez plus lourd, moins apte à la concentration, plus facilement agacé. Votre sommeil pourra être mauvais. Vous pourrez ressentir des douleurs dans le dos. Si c’est couramment, vous allez peut-être même vous focaliser sur ce problème, en vous demandant ce qu’il faut faire. Vous allez imaginer des maladies et courir chez le médecin ou mettre en place une auto-médication chimique, homéopathique ou naturelle d’ailleurs. Vous allez essayez des solutions et constater que ça ne fonctionne pas bien. Vous allez peut-être prendre du poids, car vous n’éliminerez pas. Alors vous vous lancerez dans des restrictions draconiennes. Et pendant tout ce temps, votre attention sera accaparée par ce problème, et cela deviendra invivable.

A contrario, si vous sortez de table, légers comme une plume. Remplis juste de bonnes énergies, et rassasiés d’avoir mangé de manière positive, tous vos repas seront une fête, un moment de partage, un Happy Time des sens. Vous serez heureux. Encore faut-il savoir comment faire pour ne pas avoir mal au ventre après le repas, non?

Il y a des facteurs extérieurs qu’on ne peut pas maitriser, comme les mauvaises nouvelles, la pression au travail, les relations sociales, et bien d’autres. Il y en a d’autres, en revanche sur lesquels vous pouvez agir. Et très simplement. A commencer par ce que l’on mange et quand et comment on le mange, et dans quelles conditions.

Ce livre est encore une fois, un manuel de bien-être quotidien. Daniel Kieffer y utilise d’ailleurs un vocabulaire rassurant, qui permet de sortir du côté parfois mystico-charlatan, qui plane malheureusement sur ma future profession.

Il propose en revanche de s’ouvrir à la spiritualité. Encore une fois, ce mot fera pâlir certains. Parce que beaucoup font l’amalgame entre spiritualité et religions. Savez-vous que la spiritualité est une ouverture d’esprit vers…..soi? C’est tout. N’ayez pas peur d’en faire preuve.

Si vous cherchez un livre, facile à lire, accessible, condensé, et surtout rempli de bons conseils pour approcher un peu plus du bien-être au naturel, c’est celui-là qu’il vous faut.

3 – Keel’s Simple Diary – Philipp Keel

Simple Diary - Phillip Keels - Taschen

Dans les 24 heures de l’Homme Heureux, Daniel Kieffer écrit : « L’après diner demeure un temps privilégié pour de nombreuses activités familiales ou solitaires de qualité, parmi lesquelles nous pouvons conseiller la tenue d’un journal intime. Activité habituelle à l’âge de l’adolescence, mais pouvant s’inscrire très utilement dans une démarche de psychothérapie ou d’auto-analyse chez l’adulte. »

Un jour, j’avais évoqué les bénéfices de l’écriture, comme un système de libération émotionnelle et finalement un moment de pleine conscience. C’était ici.

Mais je dois reconnaître, et j’entends totalement cet argument, que ça peut s’avérer difficile. Non seulement d’écrire, mais de s’y tenir.

Alors là, je vais vous parler d’un « outil » géniallissime, qui est sur le marché depuis des lustres, il est vrai. Le Simple Diary de Philipp Keel aborde l’écriture sous un angle récréatif. Sur chaque page, on commence par la date, ce qui à la limite peut laisser la latitude de ne pas être complètement assidu quotidiennement. Cependant, c’est vraiment addictif. Et vous n’aurez pas fini une page, que vous aurez envie de remplir la suivante immédiatement.

Puis, il est proposé une question à 3 choix pour définir sa journée. Parfois, ça tombe juste, parfois il faut faire preuve d’imagination.  Pour exemple : Votre journée à été ( ) fureteuse, ( ) geignarde ou ( ) vantarde? Tout cela suivi d’un joli « parce que » avec un champ libre. Sur le moment, cela peut sembler farfelu et c’est tant mieux. Quand on reprend sa journée avec de la dérision ou sous l’angle du rire, on arrête de se prendre au sérieux, et tout semble plus simple. Ou moins dramatique.

Ensuite, on oscillera chaque jour, entre des questions ouvertes, ou des questionnaires à choix multiples, ou du dessin, ou des images. Avec une portée plus ou moins profonde. Par exemple, à la question : « Qui pourrait affirmer que Chopin est une pâtisserie? », c’est votre imagination et votre spontanéité, qui vont parler. A la question : « Vous avez un esprit fait pour……. », vous allez penser à vous. Tout ceci étant rythmé de manière très irrégulière, on ne se lasse jamais. On attend avec surprise la suite.

Mais ce faisant, quand on vous demande « Sinon, que vous reste-t’il à faire? », je pense que vous n’aurez peut-être pas assez de place pour développer. D’ailleurs, les miens sont gavés de couleurs, de phrases biscornues,  de tags.

Simple Diary - Phillip Keels - Taschen

Je tombe aujourd’hui sur le 11 janvier 2013. A l’interrogation « L’Amie du moment s’appelle? », j’ai répondu « Mon amie du moment s’appelle « Tiens l’coup ». Et j’ai fait un peu d’esprit de sauvegarde en ajoutant : « Elle se réincarnera en légèreté, égoïsme, et désinvolture ».

Je vous jure que ça vaut son détour ce journal. Cela amène à penser à soi, sans dramatiser et se laisser guider par une trame.

Chaque jour possède aussi sa maxime. Et de la même façon, de la plus sérieuse, à la plus foutraque du genre.

Courir ne rend pas plus malin , mais sème les soucis en chemin

Toutefois, voilà encore un terrain de réflexion incroyable. Et ce qui me plait dans cette histoire, c’est que cela rend les mots accessibles à tous. Si vous n’avez pas envie de déverser des caniveaux entiers de lignes, de noircir le carnet, de tromper la peur par le verbe, mais que vous avez envie de vous y mettre, essayez celui-là.

Dans la même verve, il y a le fameux « 5 ans de réflexion » que je n’ai pas encore testé. Mais j’avoue que le look me déplait.

Philipp Keel est un artiste de l’image, d’où surement la touche original de ce journal. Mais c’est bien cela, qui lui donne tout son sens.

Un peu de décalé dans ce monde du trop raisonnable

Voilà pour la présentation de cette première série de livres, visant à vous apporter de quoi aller mieux, vous faire du bien. Cela va peut-être provoquer des déclics de tout ordre. Ils ont tous cette similitude de vous faire participer à la lecture et de rendre justement grâce à la participation et à l’action.

Car de l’oubliez pas, vous êtes des êtres conscients et il est important de se rappeler que vous êtes maître de ce qui vous arrive. Et encore une fois, je ne le dis que de trop souvent, mais agissez.

Faites vous confiance, nom de D***!

Si vous avez aimé cet article, laissez-moi un petit commentaire sous ce billet, sur le blog. Ça aide Google à savoir que je suis une fille sérieuse, et moi ça m’encourage.

Delphine

Selection de livres de développement personnel : Machot, Kieffer, Keels

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

You Might Also Like

2 Commentaires

  • Répondre Leona Reading 10 octobre 2016 à 8:09
    Une super sélection qui donne envie <3 Merci pour ta passion et ton implication ! Tu prends soin de tes lecteurs et ça fait du bien.
    • Répondre manini26 10 octobre 2016 à 9:22
      : Coucou. Merci ma Leona. Plein de bisous. Delphine.

    Laisser un commentaire