Bien-être psychologique

Joies de Décembre, où les trouver ?

2 décembre 2015

Parc de Lacroix-Laval Charbonnières les Bains

Ça y est, il est là! Et M****!

Décembre

Ça caille, ça pique, ça meule, c’est gris, ça « dépressionne » grave. C’est pire qu’un gouffre tout grand ouvert et vous êtes au bord.

Vous avez envie de rien fiche!

Mieux. Vous rêvez de vous encabaner dans une couverture et ne ressortir un orteil qu’au printemps?

Et ben pas de bol, parce qu’en plus ça s’emballe. Dans 23 jours, c’est Noël.

Vous en êtes où dans l’orga? Vous avez rien foutu?

Rappelez-vous dans l’article Pourquoi aimer Novembre, je disais, à la fin, de faire ce qui vous plaisez et si pas envie des obligations, du reste et de la convention, on s’en TAPE. N’oubliez pas.

Et puis, ce mois de Novembre 2015 a été particulièrement difficile.

Personne ne pourra dire qu’il n’a pas été touché par les évènements incroyables, tant dans l’horreur que l’incompréhension, qui sont arrivés le vendredi 13 novembre.

Vendredi 13…

En pratique, la psychologie positive nous apprend à ne pas nier la réalité et à accueillir les émotions. Elles ont été nombreuses pour tous. Pleurer, ressentir de la colère, jurer, avoir peur, se recroqueviller : tout ceci peut être l’expression de ce que l’on a ressenti dans ce moment et il ne faut pas s’en vouloir.

En revanche, l’entrainement à la psychologie positive va nous amener à chercher et à trouver ce qui peut nous procurer malgré tout de la joie.

Il est probable que vous n’ayez pas du tout la tête à ça.

A se réjouir, à penser légèreté, à faire comme ci ça va. Et pourtant, les exercices de la psychologie positive nous invite à trouver le plus souvent possible le moindre bonheur.

Si vous n’y arrivez pas, je suis là pour vous .

Pour vous donner des idées et vous inciter à aimer ce futur mois de Décembre, en dépit de ….

J’amorce les choses, et vous verrez que vous y arriverez bientôt seul.

Et la cerise sur le gâteau : il ne sera pas question de Noël

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Demain le film

1 – DEMAIN le film

Dimanche, nous nous sommes rendus avec l’Homme à une avant-première du film documentaire DEMAIN.

Réalisé par Mélanie Laurent et Cyril Dion.

Leur projet de film a démarré suite à la parution d’un rapport alarmant et réel, dans la revue scientifique fiable NATURE. C’est d’ailleurs ce pour quoi, on espère tant de la COP21.

J’espère profondément de la COP 21. Surement naïvement. Je suis à la limite de joindre les deux mains. Mais je perds facilement mon optimiste à ce sujet.

C’est pas 2 degrés qu’il faut éviter de prendre, c’est des tas de degrés.

2°, c’est pour les 84 années à venir, et pour un scénario de récup, mais après……

J’en veux pour preuve, la catastrophe terrible que vit actuellement le Brésil.

La folie des hommes

Dimanche soir, Nicolas Hulot disait qu’il lui semblait constater une vraie prise de conscience chez les gens sur la manière dont notre comportement sur terre doit changer inévitablement pour la préserver.

Moi je constate surtout que le boulot est énorme.

Beaucoup de gens n’en ont strictement rien à foutre. Appelons un chat, un chat.

Certains s’imaginent que c’est d’abord à l’autre de faire un effort. Les gens sont pétris de croyances, de savoirs, de dénies, crient aux pouvoirs publics, qui doit toujours TOUT gérer, sans qu’on ait à faire le moindre petit effort, y compris fermer les robinets chez soi. 

Enfin bref! Je suis lasse et bras ballants parfois.

Et voilà que cette bande de joyeux comparses vient nous envoyer un scud de bonheur dans la vue.

Ils sont partis faire le tour du monde : Mélanie, Cyril et les autres, et ils sont allés chercher le monde.

Ce film est un pur concentré de bonheur. De la joie. De l’espoir.

On ne peut ignorer le bonheur qu’a été la réalisation de ce film.

On y filme l’envie, les espoirs, l’amour de la vie, des autres et de la Terre.

Dans la nudité du volontariat.

Nudité dans le sens où toutes ces initiatives filmées, testées, constatées, et victorieuses sont le fruit de l’envie d’y arriver : La volonté.

Montrer qu’il y a de belles possibilités.

Et que le changement passe par une prise de responsabilités évidentes de TOUS.

TOUS ENSEMBLE

C’est le maître mot. Arrêtons de penser qu’il ne s’agit que d’une affaire de grosses huiles politiques et économiques.

Le départ, c’est en bas. C’est NOUS.

C’est dire qu’on est pas d’accord, qu’on adopte une autre façon d’être présent sur terre et qu’on refuse le profit qui détruit.

C’est dire qu’on devient responsable en mangeant moins, correctement, meilleur, local et bio.

C’est dire qu’on fait attention à l’énergie.

C’est dire qu’on interpelle les décideurs.

C’est dire qu’on « éco-éduque ».

Commencer comme ça, c’est déjà militer pour le mieux

Moi, je refuse que ces connards de patrons de firmes ravinent ma campagne, détruisent les agriculteurs et tuent les gens et le monde.

Et La gratitude. Une notion pivot de psychologie positive. La gratitude envers la planète. Lui dire MERCI pour ce qu’elle nous a donné jusqu’à présent.

Essayez pour voir

« MERCI MA PLANÈTE »

Vous vous sentez cons?

Et si vous prononciez ces mots avec une vraie véhémence. A voix basse, au creux de vous pour commencer. Vous allez constater comme d’un coup, elle prend enfin son allure de bien précieux.

Un message d’humilité, mais aussi de joie, avec une vraie clarté. Trouver de nouvelles solutions ou en exploiter de vraies qu’effectivement l’économie refuse de voir, au nom du développement et de l’enrichissement, mais aussi parce que NOUS, consommateurs, demandons toujours plus tout le temps.

Refusons. Boycottons. Changeons.

La joie et les initiatives sont contagieuses. Côtoyez une personne, qui mord la vie à pleine dent et il y a des chances que vous fassiez pareils. Allez voir ce film, c’est s’inoculer une dose de joie et d’initiatives.

CE FILM EST UNE JOIE

C’est un espoir réalisable. C’est une source d’idées.

Lundi matin, j’ai eu envie d’y aller. J’ai trouvé trois postes de chargées de missions dans une coopérative BIO de ma région. C’est hors de mes compétences, certes. Mais j’ai envie d’essayer de voir autrement et d’intégrer la filière. Travail, hobbies, objectifs. J’ai envie de voir ce que je peux faire.

Allez voir ce film.

De toute façon, j’ai la certitude que vous en entendrez parler, parce qu’il y a de fortes chances qu’il soit utilisé en classe. Ça ne peut être autrement. C’est une arme de pédagogie massive.

Il est sorti aujourd’hui.

Parc de Lacroix-Laval Charbonnières les Bains

2 – Les lumières d’hiver arrivent

En psychologie positive, on dit que la tristesse permet de se recentrer sur soi-même.

Je commence comme ça, car on sera d’accord sur ce point. Le temps est maussade, gris, et tristoune depuis 15 jours maintenant. (Et la meuf va publier son billet un jour de grand soleil, en fait)

C’est bientôt l’hiver, quoi. C’est la déprime en fait. Vous y êtes. On la frise.

Avez vous pris le temps de sortir quand il faisait beau? Lumière, Lumière.

Où es-tu donc?

Et bien, figurez-vous qu’elle est là. C’est dehors. Sauf qu’elle n’a pas l’allure de celle de l’été, éblouissante d’un soleil de malade.

Nous allons ici pratiquer un exercice de pensée constructive. Vous allez comprendre en deux secondes.

Il s’agit de s’efforcer à considérer un contexte pénible ou angoissant, dans le sens contraire. Évidemment, cela s’applique à ce qui ne représente pas un drame.

Mais sur des choses qu’on pense barbantes, chiantes, voir lourdes de sens, psychologiquement prenantes.

Ici, on se dit que « Beurk, il fait froid, ça caille, il fait humide. Le temps est vraiment dégueulasse ».

Le froid nous glace jusqu’aux os. Les lèvres gercent sec. On se demande si on va pas peler des oreilles.

La nuit a pris ses plages horaires les plus longues. Pourtant dehors, il y a de l’air, frais de surcroît. Dehors, il y a la vie et on ne peut vivre sans ELLE.

Inversons donc notre mode de pensée.

Parc de Lacroix-Laval Charbonnières les Bains

Oui certes, il fait froid et nuit tôt.

Mais les sentiers et les parcs au cœur desquels je me promène tout au long de l’année sont toujours ouverts. La campagne est toujours constituée de chemins, de sillons, de plaines, de champs, de vallées, de montagnes.

Et les lumières sont à tomber parterre.

Regardez le ciel

Profiter des nuances qu’il peut offrir, quand il est rayé de nuages. Des gros, des petits. Du blanc, du gris, des camaïeux de rose et de rouge.

On dit que lorsque le ciel d’hiver rougit, c’est qu’il annonce le froid.

Et s’il est complètement couvert et chargé, tentez de percevoir cette chape de nuages denses comme une polaire toute douce.

Levez le nez

 

Respirez le froid. Il vient ouvrir les poumons, pénètre plus facilement l’intérieur du corps, le réveille et le vivifie.

Une atmosphère romantique tend à insuffler la douceur, et la tranquillité. Comme une sorte de temps suspendu.

Un calme incroyable… Slowlife. Rien n’est mort, mais tout s’endort et vous invite à aller plus lentement.

Vous et votre souffle. C’est parfois tout ce qu’on entend dans ce calme

Et seul, c’est aussi du bonheur. Rien d’autre que soi, concentrer sur soi. N’est-ce pas un vrai moment de joie que d’être là pour soi-même?

Bienveillant.

Sortez vos doudounes. C’est à VOUS

Vous verrez, vous allez arriver à considérer les lumières du froid comme des merveilles.

Vacances Lande et Pays Basques

3 – Préparer les prochaines vacances

Bon ben là, tout est dans le titre. Imaginer les vacances, c’est imaginer les bons moments.

On dit qu’il ne faut pas vivre dans le futur, afin de profiter pleinement du moment présent. D’ailleurs, c’est un peu l’accessit au bonheur.

Ne jamais anticiper le futur, pour limiter les accès anxiogènes qu’il peut générer et la peur de….

En revanche, ici, je vous propose d’imaginer le futur, qui procure de la joie, mais dans l’action. Construire.

L’action est facteur de bonheur.

Quand je parle d’action, je ne dis pas qu’il faut gesticuler comme une dingue. Mais être dans un mode de pensée constructive.

Imaginez ce qui VOUS plairait. Réfléchissez à ce qui VOUS donnerait envie.

Un pays, un contexte, une découverte, une visite.

Vacances Lande et Pays Basques

Allez sur le net, regarder les photos. Elles font déjà rêver, elles donnent une idée. Ne stimulent-elles pas déjà votre curiosité ?

Allez en librairie et feuilletez des livres et des guides. Regardez des revues. N’avez-vous pas déjà comme un sourire sur le visage, à l’idée que vous préparez des bons moments ?

Imaginez vos week-ends prolongés au mois de Mai, ou vos vacances pendant l’été. Ne ressentez-vous pas de la chaleur dans l’atmosphère, et dans votre cœur ?

Cherchez à apprendre de son futur lieu de villégiature. Images, saveurs, coutumes. Est-ce que d’emblée cela ne crée pas en vous une sensation euphorisante ?

Se représenter le plaisir aide à le ressentir immédiatement.

Et je vais même vous confier un truc bassement matériel.

Mais à ce stade, vous allez pouvoir prendre le temps de préparer votre voyage, en trouvant des moyens d’hébergements aux meilleurs prix, avec de superbes conditions. Regardez les futurs festivals à ne pas manquer, réservez des places pour une fête d’été.

On le sait. Les meilleurs prix, c’est soit très tôt, soit à la der des der.

Vous allez donc non seulement passer de bons moments à choisir, à nourrir une envie, à vous représenter les heures de bonheur à venir, mais en plus tirer de la satisfaction à organiser au mieux les choses. Vous allez pouvoir anticiper et faire des économies.

Se sentir efficace génère de la confiance en soi et donc du bonheur. Pour être zen, il faut être organisé.

Allez d’ailleurs voir le super blog de Diane Ballonad : Zen et Organisée. Une vraie mine d’or et pas que pour les mamans.

Organiser un moment vous permettra ensuite de profiter pleinement de l’instant présent.

Non qu’il faille tout régler comme du papier à musique. On ne peut pas gérer les impondérables, on ne peut pas deviner, on ne peut rien prédire, et savoir à quel moment, on ira aux toilettes! Gnarf Gnarf Gnarf!

Cependant, si l’intendance est déjà en bonne maîtrise, le reste coulera tout seul.

Oui, vous n’allez pas préparer votre futur pique-nique du dimanche 19 juin. On verra bien ce qu’on a dans le panier à légumes. Mais vous pouvez déjà imaginer le lieu, prévenir les conviés, définir la sortie.

Préparatifs vacances pays basques

Dans le cas où vous avez un rituel invariable de vacances, tous les ans, y penser sera aussi une source de joie.

Imaginez les moments, que vous connaissez déjà, ceux qui vous ont filés la pêche. Ceux que vous adorez vivre, chaque année, comme une madeleine de Proust.

Une partie de pêche avec un membre de votre famille. La traditionnelle tablée du 15 août en famille.

Voyez l’idée.

Vous allez encore me dire que je fais de l’évidence. Mais y aviez-vous pensé ? Avez-vous envisager cette réservation comme une vraie joie?

Un moment qu’on passe avec l’Homme, où on réfléchit, comme évoqué ici.

Je ne dis pas qu’il ne nous arrive pas de faire des choses à la dernière minute. Cependant pour les gros voyages, on anticipe plus. Et cela fonctionne.

Égayez ce mois de décembre, où vous avez froid, où vous vous sentez tristes, en imaginant vos vacances d’été permettra de faire revenir le soleil des heures d’été.

Gratitude, pensée constructive, confiance en soi. Voilà pour cette fois.

A très vite.

Nini

Ps: Depuis quelques temps, j’insère de la musique dans les articles par le biais d’une bannière Soundcloud. Des titres, qui m’inspirent selon le billet et que j’ai aussi envie de partager avec vous.

Demain le film

 

You Might Also Like

6 Commentaires

  • Répondre Diane 3 décembre 2015 à 11:43
    Merci pour cette jolie mention de mon blog, Delphine ! J’en suis très touchée.

    Une grosse bise,
    Diane

  • Répondre manini26 3 décembre 2015 à 4:20
    : Mais c’est un vrai plaisir de lecture et d’initiatives que je ne peux que partager. Belle journée. Delphine.
  • Répondre Thalie 6 décembre 2015 à 9:58
    Merci pour ce bel article ! Oui positivons ! Vivons dans la joie !
  • Répondre manini26 7 décembre 2015 à 9:59
    : Merci pour ce compliment! Belle journée à toi. Delphine
  • Répondre Manu 29 décembre 2015 à 1:03
    Jolis conseils comme d’habitude, même si je n’ai pas besoin de me forcer : j’adore décembre et que je me réjouis toujours quand on arrive à la période avant les fêtes. Je n’arrive pas à croire que décembre touche presque à sa fin !
    Tu as bien raison de parler de la lumière, si extraordinairement belle en hiver ! Quand je ne travaille pas, je passe mon temps dehors, comme si le fait que les journées soient plus courtes m’incitait à profiter un maximum de la lumière du jour. Ma journée type vacances de Noël : je me lève, je vais m’occuper de mes chevaux, qui sont au pré dans la campagne alsacienne, et je file faire une rando dans les Vosges. Aujourd’hui, c’était le mont Ste Odile et ses forêts de pins baignées d’une lumière chaude et douce comme on n’en verra jamais en été. Pour tous ceux que l’hiver déprime : au moindre rayon de soleil, sortez !
  • Répondre manini26 29 décembre 2015 à 10:32
    : Ben voilà, tu as tout dit!
  • Laisser un commentaire