Hygiène de vie

La Mastication

28 avril 2017

La mastication - Naturopathie

Et c’est parti pour une petite préconisation d’hygiène alimentaire. Aujourd’hui, on parle de MASTICATION.

Il y a peu, j’ai écrit un article sur l’expérience de la dégustation d’un carreau de chocolat en pleine conscience . Cela a généré un raz de marée de « Non, mais s’il faut tout manger comme ça, on met trois heures et on y arrive plus ». Soit.

Alors si je ne suis pas arrivée à vous séduire par la dégustation en pleine conscience, passons à la prise de conscience. Ceci étant, ça sera peut-être plus douloureux.

La mastication - Naturopathie

Votre corps n’est pas une poubelle!

 

Pardon de rentrer en matière de cette façon, mais je pense profondément que vous ne vous voulez pas de mal dans la vie, non? Vous vous souhaitez à peu près le meilleur et que ça perdure assez longtemps. Si on pouvait éviter les maladies, ça serait le top du top. Donc, on est d’accord : votre corps n’est pas une poubelle, ni une déchetterie, ni une usine de traitement des ordures…. Vos mains ne sont pas des pelleteuses, et vos gorges des vide-ordures.

Ça va comme ça? Parce que c’est ainsi que je le vois. Bourrez, bourrez et rebourrez dans l’fond. Et le plus rapidement possible en plus.

Seulement voilà. Force est de constater que nous avons été doté d’une dentition. Et c’est pas juste pour faire joli ou dépenser de l’argent chez le dentiste. Les dents ont une fonction. Elles font partie intégrante du système digestif. C’est un « organe » secondaire dont il faut prendre soin. Et nous y reviendrons régulièrement. Pour faire simple, c’est le début de la digestion.

La mastication - Naturopathie

Vous savez la digestion? Hey, vous avez le droit de vous rebeller là et de m’envoyer sur les roses : « Non mais elle nous prend pour des débiles! Digérer, on sait ce que c’est, on n’est pas complètement c**! Digérer, c’est lorsque qu’on a mangé et que notre corps s’occupe de faire passer le trop plein »… 

Sauf que si cela se résume uniquement à cela, quelle est l’utilité de manger alors? Si c’est juste un passage à aliments. Autant s’en passer, non? Gagner du temps pour faire d’autres trucs plus sympas!

La mastication et le plaisir gustatif

« Haaaaannn, mais non, Delphine, manger c’est aussi du plaisir? Surtout quand c’est trop bon! » Alors là oui. Oui, ok, je suis bien d’accord. Manger, c’est du plaisir. C’est l’expression de la gourmandise, c’est la vie. Mais alors, pourquoi me dire que s’il faut prendre le temps de manger, on s’en sort plus? Non, parce que franchement, bourrer dans le fond et avaler à toute berzingue, je vois pas où est le plaisir. Dans la mesure où vous prenez même pas le peine de mâcher ce que vous avalez. C’est quoi le plaisir alors? Faire passer des aliments à toute vitesse? Les mâchouiller vite fait? Forcer des bouchées qui vous font mal aux gosiers et que vous sentez descendre et alourdir d’un coup votre estomac avec le petit rôt, qui va bien?

La mastication - Naturopathie

Un peu comme les Japonnais, qui se fichent de la tronche des occidentaux, qui boulottent les sushis à la vitesse du TGV, et ne mettent même pas à l’honneur l’aliment, le temps passé à le confectionner, et se poser pour déjeuner. Prenons aussi l’image des concours culinaires. Lorsque les jurys passent près des participants, ils goûtent. Ils prennent des cuillères légères. Ils vont chercher la saveur. Ils arrivent à déceler si c’est trop cuit, trop salé, juste. Ils prennent leur temps. Ils mâchent pour libérer les goûts sur les papilles. Et là, ils jugent.

Donc, ne me la faites pas à l’envers. Si vous mangez comme des pelleteuses, ne me parlez pas de plaisir, car vous ne le ressentez même pas. Ce n’est pas vrai. Ce qui vous fait plaisir, c’est l’idée de manger, mais en aucun cas l’aliment par lui-même. Et ça vaut pour tous ces machins de fast-food mous et prémâchés, le pain blanc industriel, les yaourts à boire et tous les bidules qu’on nous vend dans les magasins tous moulus et indigestes, mais qui remplissent.

La mastication - Naturopathie

Donc, MÂCHER, c’est déjà se garantir l’accès à un vrai plaisir gustatif, découvrir un goût, lui associer un beau souvenir et s’identifier aussi à des préférences. Faites-vous ce cadeau de ne plus vous considérer comme un avaleur, mais comme un vrai gourmet. Vous avez le droit de vous offrir ces moments de dégustation, même sur des aliments aussi simples qu’une tomate mûre, y compris au bureau entre midi et deux.

La mastication et le poids

Pour en revenir à mes histoires d’aliments vendus en pré-bouillie, dites-vous bien que vous vous faites avoir sur toute la ligne. Les industriels ne font pas ça pour vous faciliter la vie, mais bien pour gagner de l’argent sur votre estomac leurré. Lorsque l’on mange, notre corps se focalise sur cette activité, parce qu’il sait que pour lui, c’est le moment de prendre des forces. Cependant, nous n’avons pas besoin de manger des quantités de nourriture astronomique pour aller bien. Donc notre petite physionomie toute parfaite s’en vient annoncer des sensations de satiété environ 20 minutes après le début d’un repas. Le problème est que si vous mangez des aliments trop réduit, ne nécessitant pas de mastication et donc des temps d’arrêt dans le processus alimentaire, vous allez manger bien plus qu’il n’en faut. Et c’est pareil pour l’avalé-tout-rond. Et ça, l’industriel l’a bien compris. Moins on mâche, plus on se remplit, plus on achète pour remplir, et plus on lui paye sa maison à Saint Martin avec piscine à débordement.

La mastication - Naturopathie

Mâcher vous garantit donc accessoirement de moins acheter, de faire des économies et surtout de moins manger. Et si on mange moins, on perd du poids ou on n’en prend pas. Et oui, c’est un fait avéré : mastiquer vous assure la ligne. Mastiquer vous prémunit des problèmes de poids, de stockage et de toutes les maladies, qui en découlent. Connaissez-vous Horace Fletcher, dénommé « le grand masticateur »? Cette homme d’affaire a réussi à perdre près de 30 kilos, uniquement en mastiquant. Par la suite, bon nombre d’intéressés eurent recours à cette technique et maigrirent tous.

Vous connaissez …. ou pas mon point de vue sur les régimes, la perte de poids, les calories, les grammes et autres foutaises que j’ai pu moi-même tester au cours de ma vie. Je ne suis pas pour les trucs stupides, extrêmes, draconiens, culpabilisant qui poussent les gens à leur perte. Toutefois, pour une fois, ce régime nous démontre bien que le fait de mastiquer les aliments est salvateur au processus de digestion. Parce que le cerveau va se mettre en action pour que tout se passe au mieux. Et même si les messages hormonaux ne prennent que quelques minutes pour parcourir votre corps, afin de provoquer la libération des enzymes digestives, les mouvements de motilité, l’activation des glandes salivaires, si vous surchargez votre estomac d’un coup, sans mâcher, c’est déjà le mettre en difficulté pour la suite. C’est déjà lui faire du mal et dans le temps provoquer des déséquilibres. Nous avons commencé cet article en disant que vous vous souhaitiez tous certainement le mieux. Et bien, voilà une action, pour se permettre d’aller mieux.

Donc, MÂCHER, c’est manger moins, c’est éviter des problèmes de poids et se faire le cadeau de se sentir bien après les repas et non de les subir par des terribles maux d’estomac, des retours gastriques, de la fermentation, de la gêne occasionnée par des gaz récurrents et nauséabonds.

La mastication - Naturopathie

La mastication et le profit nutritif

Et parlant de salive et de nos dents précédemment évoqués, la mastication est le début de l’alimentation. La nourriture est la source ultime et absolue de forces inestimables pour le corps. C’est une source d’énergie pour construire, ressentir et vivre. C’est une manne de nutriments pour rester en vie, maintenir l’activité de nos cellules, nourrir le cerveau, le cœur, les yeux et bien d’autres.

Le propre de la digestion est de réduire les aliments et les transformer en nutriments pour notre organisme. Et cela commence dans la bouche. La mastication active les glandes salivaires apportant leur suc pour détendre les aliments. Dans cette salive, il y a une première enzyme, qui s’appelle la ptyaline et qui commence à dégrader les amidons. Lorsque vous avalez tout rond, vous mettez votre corps en difficulté pour disséquer cette molécule et en tirer les bonnes choses qu’il devrait. Il doit donc fournir un travail supplémentaire dans les intestins parce que vous le privez d’une aide précieuse. Et faute de pouvoir s’en dépatouiller, le corps ira donc stocker ce qu’il ne peut détruire et n’en profitera pas vraiment. Même les aliments mous doivent se trouver en contact avec la salive, et notamment parce que cela permet de réduire les aliments en un bol alimentaire supportable pour l’estomac. Qui n’a jamais refait tels quels des grains de maïs avalés sans être mâchés? Excusez-moi cette image dégueulasse, mais c’est bien la preuve que sans mâcher, on obtient rien. Ça ne fait que passer! On en revient donc à quelle utilité de manger?

La mastication - Naturopathie

Donc MÂCHER, c’est vous faire ce cadeau de donner à votre corps chéri de quoi étancher ses besoins en carburant pour avancer, pour se maintenir, pour s’hydrater, pour se nourrir et accessoirement si c’est bien fait pour s’éviter de manger du compléments alimentaires à gogo. Tout se trouve dans l’alimentation. TOUT. Car disons le bien, un aliment bien mâché sera plus vite dégradé et donc plus bénéfique au corps, qui aura moins de carences. Cette évidence sera d’ailleurs profitable aux personnes, qui cherchent à prendre du poids.

La mise en application

Alors, hors de moi l’idée de vous demander de mâcher 100 fois une bouchée avant de l’avaler. Bien que vous auriez un super visage tonique et modelé. #jerigole #bienque. Je ne vais même pas vous dire de compter.

Non, juste de prendre conscience que vous êtes en train de mâcher alors que vous vous nourrissez. Ressentir ce mouvement, le comprendre. Jouer sur son intensité. Prendre conscience que parfois vous ne bougez presque pas les mâchoires.

La mastication - Naturopathie

J’aimerai vous insuffler cette intention : reconnaître que la bouche a un rôle et que ce n’est pas qu’une porte d’entrée. Vous convaincre que la mastication est un facteur clef pour beaucoup de bien-être. Et c’est inutile de venir me barboter la réflexion du j’ai-pas-le-temps. Comme le dirait France Guillain, qui a écrit un beau pamphlet sur le sujet, si vous avez le temps de ne prendre qu’un repas sur le pouce, faites en sorte qu’il tienne effectivement sur votre pouce. Remplissez moins votre gamelle et mâchez de plus petites quantités. Non seulement vous verrez que vous aurez le temps de tout mâcher, mais que vous n’aurez pas plus faim que si vous aviez fait un gros repas synonyme de mal au ventre.

Lire cet article va peut-être vous amener à tenter de commencer petit à petit. Faites-vous confiance. Habituez-vous à cette belle évidence. Et même si les premiers temps, vous cessez d’y penser au bout de deux bouchées, ce n’est pas grave. Ne vous en voulez pas. L’important est d’essayer, et au fur et à mesure de s’habituer. Ce que je peux vous garantir, c’est que les effets peuvent être visibles rapidement. Ne serait-ce que sur l’inconfort post-repas.

Mastiquer, c'est la santé - France Guillain - Jouvence éditions

Faites de votre mieux et cela viendra.

PRENEZ SOIN DE VOUS ET MÂCHEZ CE QUE VOUS MANGEZ.

Donnez-vous cette importance.

A très bientôt

Delphine

La Mastication - Naturopathie

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

You Might Also Like

2 Commentaires

  • Répondre RN 2 mai 2017 à 8:30
    Superbe lecture, et photos …
    Merci
    • Répondre manini26 2 mai 2017 à 9:25
      : Merci beaucoup. Belle soirée. Delphine

    Laisser un commentaire