Divers

Nos voyages organisés

19 août 2015

Nos voyages organisés 1

Hellllooooo!!!!!!!

Les voyages, les vacances, la découverte. J’en fais des billets de temps en temps, comme ici ou .

Cependant, j’avais envie d’aborder la façon dont je conçois la découverte. Que j’ai un peu transmise à l’Homme.

Et surtout la façon dont on conçoit nos petits voyages organisés. Avec sa grande participation à l’élaboration de nos circuits, nos vacances sont dignes de l’orga d’une agence touristique, et franchement je suis ravie de tout ce que l’on y apprend.

On part?

Quelle est votre façon de voyager à vous? Farniente et vélo, repos total, trek, hôtel-club, voyage sur mesure?

Après mon divorce, tout a contribué à constater que j’ignorais beaucoup d’une grande partie de la France (et du reste du monde, mais ça, c’est encore autre chose). Le fait de commencer à plus fréquenter le net, de regarder des émissions sur l’art de vivre, l’envie profonde d’un retour aux sources, à la campagne, à la simplicité, mais tout de même remplie de mes connaissances acquises en histoire de l’art, je me suis dit qu’il était temps de s’enrichir et de découvrir MAINTENANT!

Je fais partie de ses personnes, complètement insupportables (oui je sais, c’est un fait ), parce qu’elles bougent tout le temps, et ont besoin d’effervescence en permanence (même seule, à la maison, un dimanche pluvieux, oui, oui……)

Lorsque l’on part, je veux en voir le plus possible. Je veux n’imprégner des lieux, les sentir, y goûter, les comprendre.

Breizh cola

Encore une fois, tout ceci contribue à m’ouvrir l’esprit, et surtout nourrir mon imagination et mes envies. Je suis tombée largement amoureuse de la Normandie, grâce à ce besoin de découverte, et je suis super heureuse de ce simple fait. Ravie que cela puisse même me faire rêver à d’autres projets de vie, comme une maison secondaire, un jour.

J’ai contaminé l’Homme, qui s’est gentiment mis à mon diapason, il faut le dire. Je me demande si je lui ai laissé le choix en fait…. En revanche, on choisit toujours ensemble nos lieux de vacances, il aime l’eau, la mer, l’océan, les rivières, moi j’aime la campagne, la campagne et la campagne….

Quand nous préparons nos voyages, voilà comment on procède, une fois la destination choisie.

1. Chacun réfléchit, liste, énumère et recherche ce qu’il a envie de voir, et ou de faire. Vive Internet, c’est une manne incroyable pour se faire une idée!

2. Nous mettons ensuite nos listes en commun, et élaborons une carte des lieux, point par point. On y distingue le type de sites : sites balnéaires, rando, villes, musées, châteaux, etc….

3. Au vue de la carte, nous déterminons des zones de découverte et le temps qu’il faudra pour en profiter sans se presser de trop. C’est à partir de là que nous décidons d’être itinérant ou en villégiature à la semaine.

4. On réserve alors nos locations : hôtels et/ou maisons, par choix concerté.

Magazines et guides touristiques

5. Et là commence le plus long du chantier, qui est largement supporté par l’Homme. La recherche des bons plans : départ de randonnées, temps estimé, fréquentation des sites, les trajets…. On s’équipe souvent de guides, et de magazines. (D’autant qu’il faut le dire, je nous gave régulièrement de documentaires télévisuels touristiques, mais ça participe bien à nos projets : « Des racines et des ailes », « Les 100 lieux qu’il faut voir », « Échappées belles » pour les plus connus…). Il compile toutes ces recherches sur un guide papier.

6. Pour la partie « lexique de compréhension », c’est moi. Alors ça, c’est un peu mon truc à moi. Je me demande souvent si ça sert, mais finalement, oui, dans l’ensemble. Je tente d’emmagasiner toutes les clefs de compréhension de la destination : gastronomie, histoire, géographie, langue locale, agriculture, environnement végétal et animal, contes et légendes, croyances et traditions…..Quand j’ai le temps, j’en fais aussi un guide papier, comme ici pour la Corse.

Guide perso bretagne

Et puis, en fonction des villes, je cherche les bons plans « bouffe » et « ravitaillement » : les restos, les marchés, les pâtisseries incontournables, les producteurs et les artisans, les fabriques. Je ne peux pas envisager de ne pas profiter et ramener des produits. D’abord parce que j’adore cuisiner, et puis parce que la découverte continue à la maison, ou les bons souvenirs reviennent.

A l’image de ce granit rose de Perros-Guirec, savant mélange entre chocolat blanc, macarons, fruits et d’oranges confites ou des craquants de Tréguier, seule friandise bretonne, sans beurre, mais avec des algues pour la recette originale.

Granit rose de Tréguier

Il y a les bons plans « boutiques » aussi, comme celle de « l’Emotion du passé« , dont je parlais ici. Je cherche les merceries, les magasins de souvenirs, les carteries.

Je suis heureuse de tout ce temps que l’on consacre à nos préparatifs, même si je culpabilise parfois de ne pas y consacrer encore plus de temps. Le profit sur place est génial. J’ai la sensation de voir de tout. On se laisse un peu de off, tout de même : « Tu te calmes un peu, Delphine! »

J’imagine que ce que je viens d’écrire n’intéressera pas les grands baroudeurs, qui connaissent la chanson encore mieux que moi. Mais si jamais, vous manquez de courage pour aborder les choses, suivez la méthode, elle fonctionne super bien.

L’année prochaine, on envisage déjà le Pays Basque.

Et vous alors, comment envisagez-vous vos circuits découvertes de vacances? Avez-vous des bons plans à nous filer pour trouver des perles rares? Des sites internet? Des magazines? Des livres?

Nini

Pompon de Brest

(Pompons de Brest, élus « Meilleure spécialité chocolatée de France » en 2014, chocolat et caramel au beurre salé coulant…)

You Might Also Like

2 Commentaires

  • Répondre Alex 20 août 2015 à 4:59
    Non, non tu n’hallucine pas… c’est bien moi!!Je profites d’un temps de repos ou les 2 plus jeunes chantent dans leurs lits respectifs et le grand en vadrouille avec son père pour t’écrire un petit mot, et partager ma maigre expérience.
    Lorsque j’étais enfant je me laissais porter par mes parents et l’organisation redoutable de ma mère. Mais lorsqu’il m’a fallut m’ y mettre pour ma propre petite famille cela a été bien complique… mais comment faisait maman avec trois marmots??
    Apres divers essais pour essayer de visiter un max de choses qui nous auraient plu (aux plus jeunes comme aux plus vieux), trouver un equilibre entre le rythme du dernier et l’envie enragée que l’on a, en tant que jeunes parents, de faire découvrir un max de choses a nos têtes blondes, on a fini par baisser les bras… Les listes étaient oubliées très souvent sur le meuble d’entrée ( déjà envahit par les factures et les playmobils du plus grand), les bons d’entrées gratuits pour le musée du chocolat Valrhona, qui me servaient de marque-page depuis quelques mois, abandonnes sur une etagere …. bref partir sans rien prévoir est devenu un art que l’on pratique tout de meme tout les 2 mois environs.
    Mais finalement, je trouve ça plaisant de se laisser porter par les envies de chacun, les surprises au retours d’une balade imprévue … Nous avons maintenant un sac a dos remplis a l’avance avec le minimum syndical pour les marmots et ensuite lorsque les enfants nous demandent une fois installes a l’arrière de la voiture ou on va, nous répondons en coeur : « On ne sait pas … c’est les vacances! »
    Bises ma Delphine
  • Répondre manini26 21 août 2015 à 8:33
    : Si ben j’hallucine un peu quand même. Salut ma chérie. Évidemment, c’est là la différence entre vous et nous, c’est les petits bouts! Le Free lance, nous, c’est toute l’année, vu que…… alors on n’a tout le temps d’affiner les choses. Cpdt, je me demande comment faisait ta maman, c’est clair! En tout cas, si tu avais utilisé tes bons pour rentrer chez Valrhona, on aurait pu se faire des bises.
    A très vite, je l’espère.
    Bises
    Delph
    Ps: Embrasse les petits et le grand!
  • Laisser un commentaire