Recettes sucrées

Pâte de Speculoos terriblement antalgique – Recette végétale

29 mai 2016

Pate de speculoos vegan

Antalgique? Mais qu’est-ce qu’elle nous dit celle-là? Elle est complètement barrée.

Manger stoppe la douleur et rend heureux. Figurez-vous.

Vous aviez remarqué, n’est-ce pas?

Attention, pour ceux, qui me connaissent : les aveux, qui vont suivre, vont vous scotcher.

Manger rend heureux et ça fait du bien

Pate de speculoos vegan

« Allo, la fille au régime? Delphine? C’est toi là-bas dans le noir? »

Oui, c’est moi. Et oui, je vous dis que manger est une source terrible de joie. C’est du bonheur.

Lequel d’entre vous ne se sent pas tout malheureux et frustré, quand il est au régime?

Les régimes pauvres en tout, j’entends. Aux quantités moindres. Où on bannit ce qui est considéré comme le pire.

“Haaaaaaaannnnnnn!!!!!!! Mais tu manges des pâtes!!!!!!!!!!!!!!!!!!! T’es malade! Les féculents font grossir

Qui ne s’est jamais astreint à se restreindre tellement, qu’il en vient à culpabiliser de se nourrir?

(Message aux femmes, qui n’ont jamais fait de régime amaigrissant : Vous avez ma considération à vie, sur 35 000 générations à venir. Vous êtes des lionnes. Pour les autres, je sais par quoi vous passez, ou êtes passées. Par pitié, libérez-vous. Devenez des lionnes)

Je l’ai vécu, je le sais. Au bout d’une demi-tomate, de dire d’un air piqué:

« Merci, ça va aller, j’ai plus faim »

L’Homme pourrait vous l’dire. Je lui ai fait l’coup. Souvent. Chaque fois, il me regardait avec un air tellement dépité. « Si, si, je te jure, j’ai plus faim ».

Et je regrette énormément nos premières heures d’amour, durant lesquelles il a du supporter une nana, incapable de profiter de sa nouvelle vie avec lui. Par peur de manger.

Quand chaque aliment devient tabou. Quand vous croyez que votre tour de taille tient à une pauvre bouchée d’un morceau de pain frais.

Vade retro Chocolas!

Tu ne passeras pas par moi.

Pate de speculoos vegan

Pauvre fille! Aujourd’hui, je peux le dire. Pauvre fille, que j’ai été. A s’en convaincre jusqu’à la moelle. A avoir peur de passer à table, de manger en public, de me nourrir en présence de mon Homme, de manger tout court.

Tellement peur que l’on puisse vous trouver ………………… (Remplir la case en fonction de ce qui vous vient)

Tellement persuadée que votre vie et votre œuvre ne tournent qu’autour d’un poids. Que la vie n’est belle que par l’allure. Alors que même en jean, pas coiffé, avec 10 kilos de plus, les couchers de soleil sont toujours aussi beaux.

Tellement qu’il faut un psychologue pour vous soigner.

J’en avais un peu parlé ici.

Il vous faut comprendre que la nourriture, c’est de l’essence. Ce n’est pas juste un truc enquiquinant, qui vous prend du temps et entrainent un chiffre sur une balance. Ce n’est pas juste une fonction vitale, qui accapare tout votre être et l’empêche de réfléchir tant que vous n’avez pas sevré le manque.

Manger est une joie. Manger est une source de respect envers soi.

Ce qui m’a permis de le comprendre, c’est encore une fois, la pleine conscience. Comme quand on respire pour méditer, on respire pour manger. Lentement et profondément.

C’est apprendre à faire confiance à son corps.

« Et oui, ma fille, s’il te réclame, c’est qu’il a besoin. Et, quand il a plus faim, il te le dit aussi. »

Mâcher lentement comme on inspire lentement. Avaler lentement, comme on expire profondément.

Hey, attention, pour ça, il faut se faire confiance, il faut s’écouter. Aujourd’hui, je mange toutes les 3 heures environ. Un peu, un peu moins, parfois beaucoup. Comme les bébés, qu’on me le bassine parfois. Et alors?

Écoutez vos besoins

Pâte de spéculoos végane

Le corps est une machine formidable. Il possède un pouvoir incroyable. Il est équipé de tout. Trop souvent, on oublie cela. Et lui asséner des régimes amaigrissants, c’est le forcer à aller mal.

De plus, pour qu’il aille bien, il faut arrêter de le contrarier avec des contre-sens. Il sera d’autant plus tristoune.

Dans la livre de Florence Pujol, Je mange donc je suis bien, l’auteure explique que les aliments qui sont bons pour nous, sont ceux qui nous font envie. Nul besoin de se forcer à bouffer des endives, en pagaille si vous pouvez pas les blairer.

J’ai envie de vous parler d’un processus hyper simple, qui permet aussi de comprendre pourquoi on peut péter des câbles quand on ne se nourrit pas. Lorsque l’on mange, le corps sécrète immédiatement de la béta-endorphine. La β-endorphine fait partie d’une chaine de peptides, dites opioïdes. Opioïdes comme opium. Vous voyez d’où je veux en venir?

Les endorphines ont pour mission de calmer la douleur dans un premier temps, mais aussi et dans la cas de notre β-endorphine, de provoquer du plaisir, développer l’affect et l’attachement, et nous emmener vers des comportements dits euphoriques, c’est à dire de bien-être et de bonheur absolu. Je schématise volontairement, car c’est plus complexe que cela.

Mais vous comprenez l’affaire?

Imaginez que lorsque vous privez votre corps de nourriture, vous le privez tout simplement d’une vraie stabilité psychologique.

Lorsque vous êtes dans la constante frustration, vous destituez votre corps d’un anti-douleur incroyable.

BREF

Pâte de speculoos végane

C’est donc avec une ferveur non cachée, et sans honte que je vous propose aujourd’hui une recette diaboliquement opioïde. Une vraie morphine de bien-être.

Et faites-vous confiance. Ça ne générera rien, hormis du plaisir, si vous faites attention à ce que dit votre corps. Une cuillerée, voir deux ou trois ne changeront rien à la face du monde, car quand votre corps vous dira qu’il en a assez, vous lui ferez confiance et vous arrêterez.

On parle aujourd’hui de pâte de spéculoos. Vous savez le truc de malade, qui fond dans la bouche. Le bazar qu’on va manger à la cuillère parce que c’est tellement bon. Dans le pot. Nom d’une gaufre!

Alors évidemment, pour mes amis véganes, je sais que celle, qui est vendue dans le commerce, n’est composée d’aucun produit animal. Mais pourquoi ne pas la faire maison?

Évidemment, comme à l’accoutumée ici, ça sera fastoche au possible.

Pour se faire, il vous faudra, pour un pot de 150g :

  • 125g de spéculoos
  • 4 cc bombées de purée d’amande (complète ou pas)
  • 4 cc de sirop d’agave
  • 5 cs de lait végétal

On réduit les biscuits en poudre avec un mixer, un petit Valentin ou un pilon. On mélange la poudre de biscuit, la purée d’amande et le sirop d’agave. On détend le tout avec le lait végétal.

La quantité de lait va dépendre un peu de la densité que vous aimez pour ce genre de « pâte à tartiner ». Personnellement, je les apprécie un peu dense, parce que je les déguste plus à la sauvette qu’en tartinade. Ajoutez donc du lait végétal, mais par petites quantités, afin d’obtenir la consistance que vous souhaitez.

Si vous cherchez des spéculoos sans miel et sans huile de palme, il faudra vous rapprocher des magasins BIO. Je n’en ai pas encore vu en grande distribution.

Recette simple, efficace et terriblement antalgique, je vous l’assure.

pot de pâte de speculoos vegan

Une cuillère dans votre porridge, ou sur des gaufres, ou des pancakes, dans un smoothie, dans des fruits à cuire en crumble, sur une pomme au four, dans votre lait du matin…

Des millions de possibilités.

Vous pouvez la garder dans un pot hermétique plus d’une semaine.

Grâce à la pleine conscience, la nourriture devient une source de jouissance. Vous n’aurez plus peur de manger.

Je n’ai pas grossi en recommençant à me nourrir normalement, comme je ne maigrissais plus en ne mangeant rien. (Attention phrase costaude, on réfléchit là…..). Je me suis aperçue que m’affamer ne servait à rien, je ne maigrissais pas pour autant. Je dirai même pire : parfois je pétais les plombs et je me mettais à manger beaucoup, parce que la libération de β-endorphine devait être si forte que je n’arrivais plus à m’arrêter. Pis je culpabilisais. Tout ça, dans un beau cercle bien vicieusement dégueulasse.

Je pense qu’on peut causer des dérèglements monstrueux avec les régimes amaigrissants, voir des dérèglements irréversibles. Comme de l’obésité. Vous ne voulez pas, n’est-ce pas?

Alors mangez avec plaisir, et pratiquez une activité sportive.

La pleine conscience ne m’a pas encore aidé à aimer tout mon corps. Il y a bien des endroits, qui ne me conviennent pas. Mais mon rapport à la nourriture et donc mon rapport à la VIE ont changé totalement.

Essayez. Ça vaut le coup.

De toute façon, je ne vous lâche pas, on reparlera encore et encore de la pleine conscience alimentaire.

Et tentez-moi cette recette de pâte de spéculoos à tomber par terre.

Osez manger

Si vous avez aimé cet article, abonnez à ma newsletter. Ça fait plaisir.

Pour télécharger la recette, cliquer sur le lien suivant : Téléchargement

Bien à vous.

Nini

Pâte de speculoos vegan

Newsletter

Indiquez votre adresse email ci-dessous et rejoignez ma newsletter.

Elle vous apprendra à appliquer la naturopathie et la psychologie positive au quotidien.

Merci !

Votre inscription a bien été enregistrée.

You Might Also Like

2 Commentaires

  • Répondre Dom 29 mai 2016 à 5:32
    Hier midi après le passage du fiston, j’ai préparé (vite fait, of course) des spaghettis à la sauce tomate, parce que j’en avais une envie tellement forte depuis plusieurs jours, et les asperges et courgettes du marché/producteurs achetés par l’homme de la maison, c’est bien, mais des spaghettis, quel bonheur, j’étais en manque !!! Hier soir, la tarte au citron de la copine, ouahhh un pur délice qui n’a laissé personne indifférent. Et là après ma première séance dans la piscine (ok, jusqu’à la taille, parce que20,5°, pour un bon moment de gym) petit goûter cookies, jus de raisin-cassis, tous les deux sous la véranda avec les chats qui nous tournaient autour : sérénité !
    Ton article ? Lu et approuvé !
    Bises
  • Répondre manini26 30 mai 2016 à 9:01
    : Samedi, avec la chaleur torride lors de notre balade dans Lyon, j’avoue que l’idée de la piscine m’a traversé l’esprit. Et vive les petits plaisirs gustatifs! Bises. Nini.
  • Laisser un commentaire