Bien-être corporel

La Savonnerie Cancalaise
Irrésistible et naturelle

6 novembre 2016

La Savonnerie cancalaise

Attention, attention.

Après lecture de cet article, il y a gros risque d’addictions possibles.

Et en même temps, ça me ravirait tellement de vous avoir convaincus d’acheter des produits de la Savonnerie Cancalaise.

Cancale Bretagne Ille et Vilaine

Je vous l’accorde. Mes photos flairent un peu les vacances d’été. En même temps, je les ai prises pendant les vacances d’août, donc…. Cela étant, y’a pas de mal à se rappeler de bons souvenirs et surtout à vous les partager.

Je situe l’histoire. Pendant nos vacances, lors d’une balade dans Dinan, on tombe sur une petite boutique toute mignonne : Terres des Algues. Bon, en fait, on n’est pas vraiment « tombé » dessus.  Chaque fois que l’on part en vadrouille, je fais une enquête sur les petites échoppes à ne pas manquer. Évidemment, je traine un looonnnnng moment (quand l’Homme finit par rentrer, c’est que j’ai déjà largement pris mon temps…) dans cette boutique toute jolie, rafraichissante, de bleu vêtue. Bien sûr, je papote avec le gérant, au demeurant charmant, qui m’explique son concept. Un soir de canapé, avec sa compagne, ils visionnent un documentaire sur les algues, et leurs potentiels : alimentation, santé, écologie, énergie. Ce reportage fait tilt et de là, ils décident d’ouvrir une boutique, chez eux en Bretagne, et de proposer des produits locaux à base de cette ressource végétale immense.

En baguenaudant, je tombe sur une petite chose, scandaleusement attirante : une boite en carton, toute bayadère de vert, avec l’inscription MARIN BOISÉ dessus. Je scrute le paquet, je vois qu’il s’agit de savon. Je hume la petite chose. Et wow, ça sent trop bon. Une odeur délicate certes, mais prégnante. Un peu salée, un peu masculine comme je les aime, mais surtout pleine de promesses de bons soins. J’achète le savon en question.

Deux jours plus tard, après une rando à Cancale le matin et du farniente sur la plage du Verger ensuite (Sublime, sublime, sublime!!!), j’extorque quelques minutes à l’Homme ( et il finira par rentrer dans le magasin…) pour aller faire un tour à la savonnerie, avant de rentrer sur Dinan.

La Savonnerie cancalaise

Le cheveu plein de sable et d’huile, la tronche marbrée de crème solaire, et la peau salée donc collante, je me suis donc pointée dans cette jolie boutique, odorante à souhait, attenante à un atelier vitré. Et malgré mon air de vacancière rôtie, on ne m’a pas fichue dehors. Les bretons sont tellement gentils. Je les adore.

J’ai été accueillie par Tiphaine, l’une des savonnières à l’origine de cette petite entreprise locale bretonne.

1 – Savonnerie et écologie

Décembre dernier, j’utilise l’application 90 jours sur mon téléphone. C’est une appli, drôlement bien fichue, qui vous propose de relever 20 défis, afin de vous suggérer les petits gestes quotidiens, qui peuvent aider la Planète à aller mieux. Je vous laisse visionner la vidéo pour vous donner envie d’essayer.

C’est une application faite pour envisager une transition écologique douce, avec des idées pour commencer à agir.

Parmi les défis proposés, il y a eu celui du savon. Il était précisé que si on se mettait au pain de savon, on économisait 1 kg de CO2.

Les compositions des gels douches sont catastrophiques. J’ai commencé à dresser la liste des composants de ce truc et c’est strictement abominable. On en avait largement parlé pour les cheveux. Quand je vois la santé, qu’ils ont pris en prenant des produits plus simples, aux compos hypers courtes, je ne regrette pas. Enfin si. Je regrette le pognon que j’ai pu balancer par les fenêtres à acheter des machins décapants, censés les rendre doux et beaux. L’arnaque…

Ben, pour la peau, c’est pareil, les enfants! De plus, si c’est agressif pour votre peau, ça l’est aussi pour la Planète. N’oublions pas que cela se mélange aux eaux usagers, qui s’écoulent dans les canalisations, et polluent clairement la flotte. Un savon se dissout complètement dans l’eau. Si vous les prenez bio ou selon une composition strictement naturelle, c’est gagnant pour tout le monde.

Ensuite, il faut savoir que nous rejetons 577kg de déchets par individus et par an. Pour une famille de 4 personnes, on estime que les seuls flacons de gel douche représentent à eux seuls 3 kg de plastique à recycler. (Étude effectuée par l’agence locale de l’énergie de Grenoble). Un pain de savon, c’est 3 mois de lavage. L’emballage se résume à un papier carton.

Vous savez, il y a encore pas longtemps, j’ai entendu dire que l’écologie était un truc de riche. Ça m’a fait hurler de rire. Un pain savon de bonne facture coûte en moyenne 4€ pour 3 mois d’utilisation pour un personne. Un flacon de gel douche, c’est 4€ en moyenne pour 3 semaines d’utilisation raisonnable. Mon pain de savon, c’est même un truc de radin, si on va par là.

Je ne vous jugerai jamais sur ce que vous faites. Je ne me poserai jamais en moralisatrice, parce que je suis loin d’être parfaite. En revanche, je suis une amoureuse de ma Terre nourricière et je souhaite lui apporter du secours par de simples initiatives. Mon idée est de vous donner des pistes de réflexion et de manœuvre pour y arriver. Et parce que d’un point de vue psychologique, c’est bon pour vous. Être fier de soi est absolument nécessaire à l’idée de psychologie positive. Chaque fois, que vous vous laverez, vous prendrez une douche délassante qui vous fera du bien au corps. Mais vous aurez aussi à l’idée que vous prenez soin de vous, en ayant un impact environnemental propre. Je vous jure que cette douche sera encore meilleure. En faisant cela, vous faites preuve de gratitude envers celle, qui vous porte. Et rappelons que la gratitude est la première, je dis bien la première, émotion instigatrice de la sensation de bonheur. C’est ce qu’il y a de plus fort en terme de ressenti positif.

Soyez respectueux. Vous en tirerez un sentiment de fierté valorisant.

Bref sur ce point, le défi a été largement relevé. Je suis devenue une folasse des pains de savons. Couleurs, odeurs, usages. Mes consœurs le disaient, et elles avaient raison. Il y a eu deux exceptions depuis décembre dernier. Je suis en train de tester un savon de Castille de Dr Bronner’s. Je vous ferai d’ailleurs un retour à ce sujet. C’est très intéressant. Et puis, pendant les vacances, j’ai opté pour un gel douche Cattier, grand format pour le transport. J’en parlerai une prochaine fois aussi. Il me reste la moitié du flacon, qui servira pour une autre vadrouille.

Voilà donc pourquoi je me retrouve le cheveu gras et iodé dans cette jolie Savonnerie Cancalaise. A la recherche de plaisirs savonniers…

2 – Savonnerie et soins

La Savonnerie cancalaise

La Savonnerie, c’est l’aventure de deux sœurs, Morgane et Tiphaine, qui décident un jour de monter une manufacture, basée exclusivement sur l’utilisation de produits naturels. Tiphaine me dit d’emblée que le maitre-mot pour elles, c’est l’hydratation, d’où un profond respect de la matière première et de ses propriétés.

Pour se faire, elles fabriquent de manière artisanale, dans leur atelier. Elles proposent d’ailleurs des ateliers DIY, si ça vous tente d’apprendre à réaliser du savon (Et si vous êtes en Bretagne, bien sûr ;-)). Le procédé de saponification, c’est à dire l’assemblage de corps gras et d’agent alcalin (sodium cocoate et sodium olivate ici) est donc fait à froid. Lors de la saponification, le procédé va générer deux autres molécules : glycérine et acides gras. Si on chauffe le savon, la glycérine se dissout, voir disparait. C’est ainsi que vous vous retrouvez avec uniquement des acides gras dans votre savon.

Et qui dit acides, dit ça pique!

Il y a même des fabricants, qui chauffent systématiquement les savons pour récupérer cette gentille glycérine, qui vous aurait fait du bien à la peau. Vous n’avez que des acides pour vous laver. Pour peu qu’ils nous y collent des détergents et des tensioactifs, c’est la dermatite assurée. « Allo San*x, j’ai plus trop la peau saine, là… »

Il y a donc le logo S.A.F – Sapofinicatrion à froid, sur leur emballage. Il garantit le respect de la pratique traditionnelle de cette méthode, par l’association des nouveaux savonniers. Je vous laisse consulter leur déontologie ici.

La Savonnerie cancalaise

Après la théorie, parlons fun. Chaque savon possède une odeur particulière, selon un assemblage de deux ingrédients phare. Algues et vétiver. Lavande fleur et Olive. Coco et Sucre vanillé. Il y en a pour tous les goûts :  des floraux aux boisés, gourmands ou plus hespéridés. Au toucher, ils sont souples, avec une belle couleur dense, et laissent un film gras sur la peau.

La Savonnerie propose un savon plus neutre et riche :  Nature de Cacao eu beurre de cacao, pour les personnes qui cherchent un soin moins entêtant, mais avec tout autant de vertus que les autres.

Je trouve que le look des emballages est emprunt d’un léger côté vintage, qui donnent un vrai signature à la marque. J’aime les couleurs, qui te filent juste l’envie d’acheter toutes les boites et dans faire la collec’. Le nom des savons est évocateur d’une certaine envie de voyage et de liberté, comme Passage Brady ou Régate à Cancale.

Et puis, il y a une gamme uniquement pour les mains, plus concentrée en huile : Le cuisinier et Le jardinier. Je vous avertis direct que c’est juste des tueries. J’ai failli prendre Le cuisinier, moi la dinguo de la cannelle. C’est juste un éveil des sens aux épices. Mon dosha a fait boum! Mais changeons un peu les habitudes pour Le Jardinier. Comment vous dire…. Une odeur de basilic comme si on avait collé les mains dedans. Le truc stupide, où tu te respires les mains pendant 5 minutes après chaque lavage. Si vous avez des cuistos ou Stéphane Marie dans votre entourage, cela présage de beaux petits cadeaux.

La Savonnerie cancalaise

Tous les ingrédients sont naturels et pour une certaine mesure issue de l’agriculture biologique. Cependant, Tiphaine m’expliquait que les cahiers de charge de labellisation BIO – notamment européen – comportent des contradictions grossières, qu’elles n’approuvent pas. Il est difficile pour cette petite entreprise de supporter le coût d’une labellisation, qui sponsorise parfois des normes un peu « laxistes ». Car qui dit Bio, ne dit pas forcément de bon sens, par moment. Elle préfère mettre en avant son savoir-faire et revêtir un argumentaire transparent pour promouvoir son produit. Et c’est tout à son honneur et finalement tout aussi bien qu’un label.

En ce qui concerne le côté Cruelty Free, je retiens cette phrase : « Nous fabriquons nos produits derrière, dans cet atelier, sur la base de produits naturels, qui ne demandent donc aucune testabilité sur les animaux. De toute façon, on n’en parle même pas, y’a pas de ça chez nous! » MERCI THIPHAINE ET MORGANE.

3 – Savonnerie et plaisir

La Savonnerie cancalaise

Au delà des savons soins proposés à la Savonnerie Cancalaise, nos deux jeunes femmes ont réfléchi à fabriquer d’autres produits pour mettre en avant les huiles précieuses qu’elles utilisent.

Il y a d’abord des baumes hydratants. Ils contiennent de la cire d’abeille. Je préfère le préciser pour ceux, qui ne consommeraient plus de produits de la Ruche.

Il y aussi des synergies d’huiles bienfaisantes, utilisables pour le corps et les cheveux. Elles laissent un fini agréable et non gras sur la peau. Les odeurs sont aussi fines et suaves que les savons. On peut aussi largement imaginer des coffrets cadeaux.

Et puis, il y a les sérums. Je les ai tous testé. J’ai tout de suite apprécié la sensation souple qu’elles laissent sur la peau. Ils ne contiennent pas d’huiles essentielles, ce qui permet d’éviter des éventuelles réactions allergiques pour le visage.

La Savonnerie cancalaise

Sur les conseils de Tiphaine, je me suis laissé séduire par le sérum Inca Inchi pour peaux sèches et sensibles. C’est pour cela que j’ai attendu avant de faire cet article, car je souhaitais tester ce sérum. Malgré le fait que j’ai une peau déshydratée, avec une légère activité sur la zone T, Tiphaine m’a expliqué que les réactions de ma peau étaient dues à sa sensibilité. En effet, j’ai la peau, qui rougit lorsqu’il fait froid, tiraille dès qu’il y a du vent, réagit quand il y a trop de clim, de poussière, de sel, d’émotions, ou de stress. Elle est parfois soumise hormonalement aussi. Son conseil a été le bon. J’utilise ce sérum depuis un bon mois, lors de mon layering quotidien.

Chaque application est un moment de pur plaisir. Le sérum s’étire parfaitement. J’ai le sensation d’entendre ma peau me dire « merci » à chaque application. L’Inca Inchi est une plante origine d’Amérique du Sud, appelée aussi Cacahuète des Incas, vu qu’elle produit une graine. De là, on extrait une huile, très riche en oméga 3. C’est donc une anti-inflammatoire naturel et je pense que c’est pour cela que je ressens un bienfait immédiat calmant à l’application. La peau retrouve en élasticité et en douceur instantanément. On ressent réellement un soulagement cutanée.

La Savonnerie cancalaise

La Savonnerie Cancalaise propose aussi une sélection de foutas aux belles couleurs chatoyantes. J’ai failli craquer encore. Mais les vacances commençaient juste et c’était pas prévu. Je range encore cette petite envie dans un coin de ma tête.

J’espère du fond du cœur avoir fait une belle présentation de cette jolie Savonnerie. J’avais envie de faire de la publicité à une entreprise volontaire, jeune, et bretonne de surcroit. (Oui, j’adore la Bretagne, ça y est, c’est dit!)

Faites vous plaisir. On m’a laissé entendre qu’il y avait certaines petites opérations promo en juin et en décembre. Pile avant le fêtes, c’est t’y pas idoine tout ça.

N’hésitez pas, vous ne serez pas déçus.

Bien à Morgane et Tiphaine.

Bien aux Bretons.

Bien à tous.

Delphine

La Savonnerie cancalaise

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

You Might Also Like

2 Commentaires

  • Répondre Angel 9 septembre 2017 à 8:07
    Bonjour,

    Je suis arrivée sur votre blog en tapant savonnerie cancalaise car je viens mois mele de succomber a leur produits avec une visite en Bretagne et souhaitez voir si des avis étaient deja dispo sur le net. Les produits et fabrication m’ont aussi été expliqué par une savonniere mais il est toujours plaisant d’avoir le ressenti de consommateur. De plus en lisant vos articles j’ai cru comprendre que vous avez une certaine éthique pour l’écologie et les animaux, chose que je partage totalement !!! Première fois que je vois un blog aussi plaisant, je vous remercie donc beaucoup pour ces articles (ainsi que l’application 90 jours ). Cependant les dates fe publication ne sont pas récentes, auriez vous un autre blog ?

    Merci bp.

    • Répondre manini26 9 septembre 2017 à 8:59
      : Bonjour, je suis ravie que le blog vous plaise.
      Je suis actuellement en école intensive de naturopathie et je ne peux malheureusement pas tenir la cadence éditorial que j’avais auparavant.
      Le dernier article date de fin juillet 2017.
      De plus, le blog est en pleine refonte dans la mesure où je proposerais en janvier 2018, date de mon installation officielle en tant que thérapeute, des accompagnements en ligne en naturopathie.

      Ce que je peux vous proposer, c’est de vous inscrire à la newsletter, afin de ne rien manquer des parutions et des transformations à venir.
      Le flux reprendra plus généreusement en janvier.

      Je vous souhaite une belle journée.
      Delphine

    Laisser un commentaire